Enseignants

Les Enseignants du Blanc-Mesnil

Ali AMRANI Sensei - AIKIDO-BUDO
Ali AMRANI Senseï – enseignant titulaire – 5ème dan – Diplôme d’État DEJEPS
AIKIDO-BUDO - Gaetan Le Gall
Gaëtan LE GALL4ème dan – Brevet Fédéral – assistant au Blanc-Mesnil – Chargé du cours du samedi (enfants)
Laurent DUGOT - 2ème dan et Président du BMS Aïkido - assistant au Blanc-Mesnil
Laurent DUGOT2ème dan et Président du BMS Aïkido – assistant au Blanc-Mesnil
Noël SIHOU - 2ème dan - trésorier du BMS Aïkido
Noël SIHOU 2ème dan – trésorier et assistant au BMS Aïkido

Les Enseignants (leur parcours)

Ali AMRANI – enseignant titulaire – 5ème dan – Diplôme d’État DEJEPS

  • Ali Amrani
    • pratique l’Aïkido depuis 38 ans.
    • enseigne depuis 20 ans :
      • aux dojos :
        • du Blanc-Mesnil
        • et du Pré Saint-Gervais.
    • enseigne également depuis octobre 2015 à Livry-Gargan :
      • date de création du dojo La Fontaine.
    • et depuis octobre 2017 à Stains :
      • date de reprise du dojo Lamy.
  • Titulaire du cinquième Dan et du BEES 2ème degré d’Aïkido (brevet d’état d’éducateur sportif).
  • Il a été l’élève de plusieurs professeurs dont Toshiro Suga, Michel Bécart, René Van Droogenbroeck.
  • Sans oublier, son premier professeur Amar Ait El Hadj.
  • Il a également suivi de manière assidue l’enseignement des Maîtres : Tamura, Harikawa, Yamada et de nombreux autres professeurs de la Fédération Française Aïkido Budo (FFAB).
  • Membre du jury de la ligue île de France.
  • Président du comité départemental de la Seine-Saint-Denis.
  • Où, il essaye de fédérer toutes les sensibilités de pratique pensant que l’aïkido est d’expressions multiples.
  • Comment conçoit-il son rôle ?
    • L’animateur du keiko crée un climat propice et propose un travail technique permettant aux élèves de vivre par eux-mêmes l’expérience Aïki.
    • Présent, il est à l’écoute de vos interrogations concernant la pratique.
    • N’hésitez pas à le solliciter après le cours, il n’aura certainement pas réponse à tout car lui aussi est sur la Voie !

Parcours des Enseignants – Assistants

Gaëtan Le Gall – assistant – 4ème Dan – Brevet Fédéral

Son parcours : à venir


Laurent Dugot – assistant – 2ème Dan – en préparation du Brevet Fédéral – Président du B.M.S. AIKIDO

Son parcours :

J’ai assisté à mon 1er cours d’AIKIDO en tant que spectateur au dojo du Blanc-Mesnil en 2009, à l’âge de 40 ans, j’ai immédiatement été conquis par la discipline et la pédagogie de l’enseignant (c’est très important lorsqu’on découvre l’Aïkido), et j’ai pris ma licence de suite, on peut donc débuter à tout âge.

Le poste de trésorier du club m’a ensuite été proposé deux ans plus tard, puis celui de président du club qui demande beaucoup d’investissement personnel, les clubs ont besoin de bénévoles pour exister.

Shodan (1er dan) en 2012, puis Nidan (2ème dan) en 2017, inscription au brevet fédéral en 2017 pour devenir enseignant et transmettre la richesse de l’Aïkido. La simple pratique ne me semble pas suffisante pour découvrir la subtilité de cet art martial complet et authentique, la transmission en fait également partie.

Laurent Dugot


Noël Sihou – assistant – 2ème Dan – trésorier du B.M.S. AIKIDO

Son parcours :

J’ai rejoins le club du B.M.S. Aïkido à la saison 2011/2012.
La rigueur de l’enseignement, accompagnée d’une convivialité et d’une simplicité m’y ont fait me sentir dans mon élément.
Mon premier grade dan (Shodan – ceinture noire – 1er Dan) fut passé en juin 2015.
En juin 2017, je passais le second (Nidan – ceinture noire – 2ème Dan).
Noël Sihou

Quels sont les repères de progression en Aïkido ?

Il existe dans notre discipline un système très similaire à celui du Judo, du 6ème au premier Kyu, les « Kyu » font l’objet de présentations formelles (passages de grade) organisées au sein de chaque club où l’enseignant principal est assisté par ses élèves ceinture noire. Les élèves avancés recoivent le Hakama qui manifeste leur engagement dans la pratique. Après plusieurs années, avec un minimum de 3 ans viennent les « Dan » délivrés par des enseignants habilités par les fédérations, car le grade dan est grade d’état, par conséquent protégé.

L’obtention du shodan (1er Dan) permet le port de la ceinture noire. Cela dit, « sho » en japonais indique bien la notion de début !

Sans toutefois, oublier les années qui ont précédées la nomination au titre de shodan (ceinture noire – 1er dan). C’est durant celles-ci que la progression est la plus visible. Par la suite, le chemin restant à parcourir n’est qu’étude et recherche pour approfondir ses connaissances et profiter de la richesse de l’Aïkido. En n’oubliant pas, non plus, ses propres débuts pour ainsi participer à la pérennisation de la discipline en assistant le professeur à transmettre ce noble art auprès des débutants et d’avoir l’opportunité d’aider nos partenaires de tatamis lors des préparations aux passages de grade. Pour ainsi, redonner un peu de ce qui nous a été offert…

Toute la beauté de l’Aïkido est de vieillir avec lui sans jamais s’arrêter de pratiquer, et ce, avec l’âme des premiers jours…

Il ne faut en aucun cas considérer ces repères comme des échelons hiérarchiques. Ce sont plutôt des paliers à franchir permettant d’envisager de nouveaux aspects de la pratique.