Les formes d’étude en Aikido

Les formes d’étude en Aikido

Le fondateur de l’aikido O Sensei Morihei Ueshiba disait : « Il y a environ 3 000 techniques de base et chacune d’entre elles a 16 variantes… ainsi il en existe quelques dizaines de milliers. Et selon la situation, vous en créez de nouvelles ».

Vous retrouvez tous ces principes fondamentaux Kihon Waza pour toutes les formes d’attaques à mains nues ou avec les armes, dans différentes positions (debout ou agenouillé) et chacun d’entre eux peut être exécuté en forme intérieur / devant (omote) ou en forme extérieure / derrière (ura).

Un autre point fondamental consiste à ne pas regarder la main, le pied, ou l’arme de celui qui attaque. Cela empêche de se fondre avec son mouvement pour s’harmoniser avec sa force et surtout d’avoir une vision globale en cas d’encerclement.

AIKIDO – Formes et Méthodes d’Entrainement

Les 6 principes fondamentaux qui constituent la spécificité de l’Aikido :

  • Hanmi : toutes les techniques commencent à partir de la position hanmi. C’est notamment ce qui permet de réagir contre plusieurs attaquants. Il suffit d’observer attentivement tous les documents existant sur O Sensei pour constater que cette position est omniprésente.
  • Awase : s’harmoniser avec le partenaire.
  • Kokyu : c’est la « force » en Aikido. C’est un bon placement de la respiration et des hanches, les épaules sont relâchées.
  • Le Cercle : l’Aikido s’exprime dans le cercle et ce principe anime toutes les techniques.
  • Utiliser un système de levier : Les techniques trouvent leur efficacité grâce à cette loi mécanique.
  • Atemi et Kiai : sans l’utilisation des atemi, il est impossible d’exécuter certaines techniques. Il ne s’agit pas de coups portés pour blesser, mais pour faire diversion ce qui n’exclut pas leur réalisme.
Réalisation – Construction d’une technique d’Aikido

Les différentes situations de travail :

  1. SUWARI WAZA : Uke et Tori sont à genoux
  2. HANMIHANDACHI WAZA : Uke est debout et Tori à genoux
  3. TACHI WAZA : Uke et Tori sont debout
    • Mae : attaque de face
    • Ushiro : attaque sur l’arrière
AIKIDO – La Pratique au Dojo

Les différentes formes d’étude :

Ces trois formes s’inscrivent dans une démarche progressive de construction.

  • GO NO GEIKO : pratique solide qui consiste, à partir d’une saisie ferme, de porter une technique pour projeter ou amener au sol le partenaire, qui n’a d’autre solution que de chuter.
  • JU NO GEIKO : pratique plus souple de la part de Tori, qui consiste à créer et à accentuer le déséquilibre de Uke jusqu’à la chute ou la conduite au sol.
  • RYU NO GEIKO : pratique fluide (Ki no nagare / Ki awase). Il s’agit là de créer le déséquilibre en anticipant les mouvements de Uke, afin qu’il n’y ait aucune contrainte dans le mouvement.

Ces trois formes d’étude ne sont pas sans rapport avec les capacités à réagir à une situation.

  • GO NO SEN : Uke a l’initiative de l’attaque et Tori ne réagit qu’après la saisie ou au moment de l’impact. Go No Sen va de paire avec Go No Geiko
  • TAI NO SEN : Tori réagit durant l’attaque ou au moment du contact. Tai No Sen va de paire avec Ju No Geiko
  • SEN NO SEN : Tori est dans le mouvement, il anticipe. Sen No Sen va de paire avec Ryu No Geiko.
Formes d’étude en AIKIDO

Les groupes de techniques :

  • KIHON WAZA : Techniques de base
  • UKEMI WAZA : Techniques de chute
  • ATEMI WAZA : Techniques des coups portés aux point vitaux
  • OYO WAZA : Techniques avancées et variantes « répertoire technique »
  • HENKA WAZA : Technique commencée et finie pour diverses raisons avec une autre
    • shiho nage => udekime nage
  • KAESHI WAZA : Contre-techniques
  • BUKI WAZA : Techniques d’armes
  • TANINZU WAZA : Techniques contre plusieurs adversaires

KIHON WAZA

Les techniques de base :

Katame Waza et Nage Waza

Il y a deux sous-groupes :

Image de prévisualisation YouTube

  1. Les Katame Waza : techniques d’immobilisation
    1. Ikkyo (UDE OSAE) : 1er principe – contrôle du coude
    2. Nikyo (KOTE MAWASHI) : 2ème principe – contrôle du poignet
    3. Sankyo (KOTE HINERI) : 3ème principe – contrôle de l’épaule par action au poignet
    4. Yonkyo (TEKUBI OSAE) : 4ème principe – contrôle par points sensibles du poignet
    5. Gokyo (UDE NOBASHI) : 5ème principe – contrôle du coude en élongation
  2. Les Nage Waza : 5 techniques de base de projection
    • Irimi nage : projection en entrant
    • Shiho nage : projection dans les quatre directions
    • Kote gaeshi : projection par torsion du poignet sur l’extérieur
    • Kaiten nage (Uchi – intérieur et Soto – extérieur) : projection rotatoire
    • Tenchi nage : projection terre-ciel (une main en bas, une main en haut)

Image de prévisualisation YouTube

Placements / Gardes – Kamae en AIKIDO

UKEMI WAZA

L’ensemble des techniques de chute qui permettent au pratiquant de chuter sans se blesser lors de la perte d’équilibre.

Ukemi, le corps qui reçoit (la façon de recevoir par la personne), ne se limite pas qu’aux chutes mais aussi à la façon de placer le corps lorsqu’on subit une technique, et ce, du début à la fin de celle-ci.

La maîtrise de Ukemi Waza est indispensable dans la pratique de l’aïkido. En effet, pendant l’entrainement, uke (celui qui attaque et subit les techniques) doit savoir chuter correctement pour ne pas se faire mal quand tori (celui qui réalise les techniques) applique les techniques de projection (nage waza). Si uke ne connait pas bien Ukemi, cela empêchera tori d’exécuter comme il faut une technique. C’est pourquoi Ukemi Waza est une des premières choses qu’un débutant doit apprendre. Ukemi peut aussi être très utile dans votre vie quotidienne, lors de chutes accidentelles.

Image de prévisualisation YouTube

Il y a plusieurs sortes de Ukemi :

  • avant
    • Mae Ukemi / Zen Po Ukemi,
  • arrière
    • Ushiro Ukemi / Ko Ho Ukemi,
  • latérale
    • Yoko Ukemi / Soku Ho Ukemi,
  • sur le dos,
  • à plat ventre…

Pour répondre à différentes situations auxquelles uke doit faire face.


ATEMI WAZA

Les techniques « Atemi Waza » sont souvent combinées avec katame waza et nage waza et ont pour effet de surprendre et de déstabiliser le partenaire, ce qui facilite considérablement la réalisation d’une technique d’immobilisation ou de projection.

Un atemi est dans les budō, un coup porté sans arme à une partie vitale. Il s’agit de coups portés avec le poing, le pied ou encore avec le tranchant de la main.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vision mystique médiévale, les atemi permettaient de perturber le ki (l’énergie vitale) de l’adversaire, comme une sorte d’acuponcture à but martial. Les atemi sont souvent accompagnés d’un kiai, un cri correspondant à une extension du ki de la personne qui frappe.


OYO WAZA

Les techniques avancées et variantes :

  • Juji Garami : projection en croisant les bras de uke
  • Ude Garami : immobilisation par enroulement du coude
  • Udekime Nage : projection avec clé de coude
  • Hiji Kime Osae : immobilisation du coude
  • Sumi otoshi : renversement dans le coin
  • Ushiro Kiri otoshi : projection arrière par traction vers le bas
  • Aiki otoshi : projection en ramassant les jambes
  • Koshi Nage : projection par la hanche
  • Kubi Nage  : projection en saisissant la tête
  • Kokyu Nage : projection par la respiration
  • Aïki Nage : projection en créant le vide sous l’attaque

HENKA WAZA

Le Henka waza développe les points suivants :

  • La liberté d’expression : connaissance et maîtrise du répertoire, variété et facilité dans la pratique.
  • L’adaptabilité : pratique maîtrisée et contrôlée quel que soit le partenaire ; saisir les opportunités offertes par Uke.
  • Le Ri aï : capacité à conserver une logique dans des formes très différentes. La logique ce sont les principes.
  • La présence de part et d’autre : la réactivité de Uke, la capacité de Tori à exploiter la réaction de Uke, globalement le développement de la relation Uke / Tori.

Image de prévisualisation YouTube

Le Henka waza est particulièrement important pour un 3ème et 4ème dan. C’est (entre autre) le Henka waza qui donne au 1er et 2ème critère d’évaluation la dimension 3ème /4ème dan :

  1. 1er critère :
    • La connaissance formelle des techniques :
      • aucune hésitation dans l’exécution des techniques demandées
      • une grande variété de techniques : techniques fondamentales, variations, variantes en respectant les principes.
  1. 2ème critère :
    • La construction des techniques :
      • distinguer les trois phases de construction pour les lier entre elles
      • exécuter des variations à partir des différentes façons de réaliser chaque phase.

Pour autant, il ne faut pas attendre le 3ème ou le 4ème dan pour commencer à s’intéresser au Henka waza. Il est important de savoir ce que recouvre réellement ce mode d’application et l’intégrer progressivement dans la pratique et dans l’enseignement.

On peut distinguer 3 aspects :

  • les variations,
  • les développements
  • et les enchaînements.

KAESHI WAZA

L’étude des Kaeshi Waza se réalise généralement à partir d’un niveau avancé de pratique, il faut atteindre la maitrise de l’ensemble des techniques pour commencer à étudier les Kaeshi Waza, ou alors de façon ludique suivant l’enseignant.

Les contre-techniques :

Les Kaeshi Waza font partie des variantes et leur nombre est assez important.
On peut dire qu’il y a en pratique, au minimum une contre-technique par technique.

On peut toutefois proposer un classement des Kaeshi waza en 5 catégories :

  1. Kaeshi waza « miroir » : Uke applique la même technique à tori.
  2. Kaeshi waza « Katame / Katame » : sur une immobilisation, uke applique une immobilisation différente.
  3. Kaeshi waza « Nage / Nage » : sur une projection, uke applique une projection différente.
  4. Kaeshi waza « Katame / Nage » : sur une immobilisation, uke applique une projection.
  5. Kaeshi waza « Nage / Katame » : sur une projection, uke applique une immobilisation.

BUKI WAZA

Techniques avec les armes :

Les Armes d’AIKIDO et leur forme de travail
  1. Techniques à mains nues contre armes :
    • Dori (saisie et désarmement)
      • Tanto Dori : technique de désarmement face au couteau
        • Gyakute Uchi : (2 formes)
          • Saisie avec la pointe de la lame vers le haut et le tranchant vers le bas : position Gyakute Uchi. Cette saisie est utilisé pour les piques (Tsuki) ou les coupes (Shomen ou Yokomen), comme au sabre. Cependant si cette saisie permet de perforer l’adversaire, elle se fige dans la cible et il est ardu de poursuivre la coupe vers le bas.
          • Même saisie en position Gyakute Uchi pour protéger l’avant bras tout en ayant le tranchant vers l’adversaire. Cela permet de trancher et de piquer. Cette position est couramment utilisée par les commandos de l’armée.
        • Honte Uchi : (2 formes)
          • Position Honte Uchi, c’est à dire avec la lame vers le haut, vers soi. Cela permet à la fois de piquer l’adversaire puis de poursuivre la coupe vers le haut. Dans la tradition Japonaise cette attaque dénotait l’intention de tuer.
          • La saisie peut se faire également avec la lame vers le bas et la tranchant en position Honte Uchi (vers soi). Cette position permet de planter la lame du haut vers le bas et peut-être utilisé pour les attaques par derrière.
      • Jo Dori : technique de désarmement face au Jo
      • Tachi Dori : technique de désarmement face au Ken
  2. Travail avec armes :
    • Suburi : exercices individuels de frappe au Jo et au Bokken
    • Jo Nage : Tori offre la possibilité à Uke de saisir le Jo et le fait chuter
    • Kumi : enchaînements codifiés que l’on nomme aussi Kata
      • Kumi Jo :Uke et Tori sont munis d’un Jo
      • Kumi Tachi : Uke et Tori ont un Bokken
      • Ken Tai Jo : Uke a un Bokken et Tori a un Jo

Image de prévisualisation YouTube

Les armes utilisées sont :

  • Tanto : couteau en bois
  • Bokken : sabre de bois
  • Jo : bâton de bois

Image de prévisualisation YouTube

Ces armes sont des outils permettant de travailler les bases de l’Aïkido :

  • Ma-ai : la distance de combat et la vitesse relative
  • Hyoshi : le tempo
  • Hassuji : les lignes d’attaque
  • Tai-sabaki : le déplacement du corps, également l’attitude, le positionnement, le centrage du corps.

L’étude des armes améliore la pratique à mains nues :

  • Posture, renforcement du corps, alignement des hanches, efficacité du geste.
  • Les armes nous font prendre également conscience du danger d’un acte martial, ce qui demandera de la concentration, de l’attention, de la présence et du respect.

Image de prévisualisation YouTube

Les différentes formes d’études :

  • Suburi : pratique répétitive et individuelle
  • Dori : pratique à mains nues sur des attaques armées
  • Kumi : simulations de combat avec partenaires, les pratiquants sont munis d’une arme
  • Kumi-tachi : étude du bokken
  • Kumi-jo : étude du jo

Image de prévisualisation YouTube


TANINZU WAZA

Randori contre plusieurs adversaires :

  • Futari dori : Techniques contre 2 adversaires
  • Taninzu gake : Techniques contre plus de 2 adversaires

Mae Ryo Kata Dori – Kokyu nage

  • le contexte :
    • la présence de plusieurs Aïté
    • une double saisie des épaules, de face.
  • l’attaque Mae Ryo kata dori :
    • du fait de son Kamae
    • une des épaules de Tori est plus avancée
    • Aïté la saisira en premier (gyakuhamnmi)
    • la seconde main d’Aité saisira l’autre épaule de Tori en restant en gyakuhanmi.
  • les réponses :
    • plusieurs Kokyu nage exprimés dans différents espaces.

Image de prévisualisation YouTube

Une forme avec une mobilisation irimi

  • Tori entretient la dynamique de l’attaque par glissement latéral (maintien de l’extension), et puis dirige un sémé avec sa main en direction du visage d’Aïté. Tori avance avec tout le corps, sans être emporté par son intention de menace en changeant de hamni.
  • Cette menace mobilise Aïté pour éviter le contact, dans un premier temps par une flexion arrière pour arriver plus tardivement dans une chute latérale.

Le sens de cette pratique s’exerce aussi en Tachi waza – Ryote dori – Tenchi nage.

Une forme avec une mobilisation irimi-tenkan

  • Tori utilise la dynamique d’Aïté pour mobiliser son corps dans le pivot. En même temps, il structure sa mobilité comme il le ferait avec un sabre : armer, pivot, couper. Cela évite aux bras de crawler voire de tenter d’attraper Aïté pour le faire chuter.
  • Aïté veille à poser son regard au loin pour éviter de “tomber dans sa chute”.

Le sens de cette pratique s’exerce aussi en Suwari waza – Shomen uchi – Kokyu nage (entrée omote / mobilisation irimi-tenkan).

Une forme avec une mobilisation Jodan-Gedan

  • Tori recueille la dynamique de l’attaque, en irimi cette fois plus faciale, non décalée. Le sémé au visage d’Aïté crée un supplément d’espace ; il majore le déséquilibre vers l’arrière. Lorsque cette menace se retire, par effet rebond, le corps d’Aïté tombe vers l’avant.
  • Tori recueille ce temps pour descendre sur place, totalement relâché, en coulissant vers le sol, le long des jambes d’Aïté. Cette action accentue son déséquilibre et l’entraîne vers l’ukemi.

Le sens de cette pratique s’exerce aussi en Ushiro waza – Ryote dori – Ikkyo omote ( notion axiale / coupe jousqu’en bas sur le retour en mae).


Déplacements et Positions en AIKIDO

La réalisation d’une technique d’aïkido en immobilisation ou en projection peut être décomposée en 4 étapes :

  1. Sortie de la ligne d’attaque : cette première étape est primordiale. Il faut à tout prix vous mettre hors du danger d’une attaque pour vous protéger parce que si vous êtes touché et blessé, ce sera très difficile la suite. Cette sortie se réalise au moment où l’énergie de l’attaque de uke (celui qui attaque) se libère (l’attaque part), tori (celui qui applique la technique) doit bouger en changeant de garde ou en se décalant latéralement d’un pas ou en s’esquivant… en fonction des attaques. C’est dans cette phase que tori s’approprie l’attaque de uke au lieu de la subir et crée le vide.
  2. Placement : tori se place soit derrière, soit devant ou soit à côté de uke. Les possibilités sont nombreuses. Il peut également attaquer (atemi) pour obliger uke à une réaction de défense et exploiter cette dernière par la suite.
  3. Déplacements et déséquilibre : par ses déplacements (basés sur irimi = entrer et tenkan = tourner) et mouvements d’une technique, tori dirige tout en contrôlant toujours uke pour amplifier le déséquilibre de ce dernier.
  4. Immobilisation ou projection : pour finir une technique, tori projette ou immobilise uke. L’immobilisation s’obtient à l’aide d’une clef (au bras, au poignet…). La projection s’obtient à l’aide de différents contrôles au niveau du corps de uke (tête, coude, poignet…) privant ou dissuadant ce dernier de toute autre issue que la chute au sol.

Pour réussir une technique aikido, il faut avoir une attitude « parfaite » (shisei) pour bien exécuter les étapes mentionnées ci-dessus :

  • Une bonne sortie de la ligne d’attaque doit être exécutée au bon moment (Deai – le timing). Si vous le faites trop tôt, uke pourra rectifier la trajectoire de son attaque pour vous suivre. Si vous le faites trop tard, vous serez atteint par l’attaque. Il faut donc le faire au bon moment, c’est ainsi que vous pouvez prendre l’adversaire en défaut. C’est au moment de son attaque que l’adversaire est le plus vulnérable : l’attaque absorbe toute son énergie et sa concentration. À ce stade, son mouvement est irréversible et le vide créé par votre sortie provoque son déséquilibre.
  • Un bon placement s’obtient en gardant toujours une bonne distance avec uke (Maai) et en se plaçant au bon endroit. Ce qui permet à tori d’être hors d’atteinte en permanence tout en pouvant atteindre l’adversaire. C’est ainsi que tori peut gérer les ouvertures (possibilités de réaliser une technique) et fermetures (empêcher uke de contre-attaquer).
  • Pour pouvoir effectuer correctement les déplacements et le déséquilibre, il faut comprendre que c’est le mouvement des hanches (koshi) de tori qui constitue le principal moteur des techniques aikido, que ce soit pour s’approcher (irimi, « entrer ») ou pour tourner (tenkan). En effet, c’est au niveau des hanches que se situe le centre de gravité d’une personne se trouvant dans une position stable. Le reste du corps (torse, bras) ne sert qu’à relier les hanches de uke à celles de tori pour leur transmettre le mouvement et provoquer une projection ou une immobilisation. C’est le seika tanden (le « centre des énergies », situé dans le ventre hara, donc associé aux hanches) de tori qui est le centre du mouvement.

Les Kihon Katame Waza et Kihon Nage Waza sont les références de base de l’aïkido. La parfaite connaissance et maîtrise de ces techniques aïkido fondamentales est nécessaire à la progression technique de tout pratiquant. Elle sera acquise par une pratique et répétition assidue. En effet, l’enseignement de l’aïkido se fait essentiellement par la répétition de techniques de base. La maîtrise de chaque point d’une technique est indispensable à son fonctionnement.

Les différents Pas en AIKIDO

Formes d’attaque classiques :

  • Les saisies de face
    • AI HAMMI KATATE DORI (ou KOSA DORI) : Saisie du même poignet : saisie du poignet droit avec la main droite et réciproquement.
    • KATATE DORI (GYAKU HAMMI) : Saisie du poignet opposé : saisie du poignet gauche avec la main droite et réciproquement.
    • RYOTE DORI : Saisie des deux poignets avec les deux mains : saisie du poignet gauche avec la main droite et du poignet droit avec la main gauche.
    • KATATE RYOTE DORI (ou MOROTE DORI) : Saisie d’un poignet à deux mains : c’est comme KATATE DORI mais en plus l’ajout de la deuxième main au poignet déjà saisi par la 1ère main.
    • SODE DORI : Saisie de la manche à hauteur du coude : c’est comme KATATE DORI mais au lieu de saisir le poignet, il faut saisir la manche à hauteur du coude.
    • RYO SODE DORI : Saisie des deux manches à hauteur des coudes : c’est comme RYOTE DORI mais au lieu de saisir les 2 poignets, il faut saisir les 2 manches à hauteur des coudes.
    • HIJI DORI : Saisie du coude : c’est comme KATATE DORI mais au lieu de saisir le poignet, il faut saisir le coude.
    • RYO HIJI DORI : Saisie des deux coudes : c’est comme RYOTE DORI mais au lieu de saisir les 2 poignets, il faut saisir les 2 coudes.
    • MUNA (MUNE) DORI : Saisie du revers du keikogi : c’est comme KATATE DORI mais au lieu de saisir le poignet, il faut saisir le revers du keikogi.
    • KATA DORI : Saisie de la manche à hauteur de l’épaule : c’est comme KATATE DORI mais au lieu de saisir le poignet, il faut saisir la manche à hauteur de l’épaule.
    • RYO KATA DORI : Saisie des deux épaules : c’est comme RYOTE DORI mais au lieu de saisir les 2 poignets, il faut saisir les 2 manches à hauteur de l’épaule.
MAE – Attaque de Face

L’Aikido en cartes avec l’accord de BudoKRD

  • Les saisies sur l’arrière
    • USHIRO RYOTE DORI : Saisie des deux poignets par derrière.
    • USHIRO RYO SODE DORI : Saisie des deux manches à hauteur des coudes par derrière.
    • USHIRO RYO HIJI DORI : Saisie des deux coudes par derrière.
    • USHIRO RYO KATA DORI : Saisie des deux épaules par derrière.
    • USHIRO ERI DORI : Saisie du col à une main par derrière.
    • USHIRO KATATE ERI DORI : Saisie du col et d’un poignet par derrière.
    • USHIRO SODE ERI DORI : Saisie du col et d’une manche à hauteur du coude par derrière.
    • USHIRO KATA ERI DORI : Saisie du col et d’une épaule par derrière.
    • USHIRO KATATE DORI KUBISHIME : Saisie d’un poignet par derrière plus étranglement.
    • USHIRO HAGA IJIME : enlacement de la poitrine par derrière.
USHIRO – Attaque sur l’arrière

L’Aikido en cartes avec l’accord de BudoKRD

  • Les frappes
    • SHOMEN UCHI : Attaque de face avec le tranchant de la main ouverte de haut vers le bas, sur le sommet du crâne de l’adversaire (notion frappe shomen du bokken).
    • YOKOMEN UCHI : Attaque latérale : Il s’agit d’une attaque portée avec la main ouverte, sur une trajectoire diagonale du haut vers le bas, en direction de la tempe ou de la base du cou. (notion de frappe yokomen du bokken).
    • GEDAN TSUKI : Coup de poing de face niveau bas (ventre).
    • CHUDAN TSUKI : Coup de poing de face niveau moyen (poitrine, estomac).
    • JODAN TSUKI : Coup de poing de face niveau haut (visage).
    • MAE GERI : Coup de pied de face niveau moyen.
FRAPPES / COUPS – Attaque de Face en AIKIDO

L’Aikido en cartes avec l’accord de BudoKRD

  • Les saisies plus frappes
    • KATA DORI MEN UCHI : Saisie d’une épaule et attaque directe de bas en haut : c’est comme MEN UCHI mais en plus saisir d’abord l’épaule avec l’autre main.
    • KATA DORI SHOMEN UCHI : Saisie d’une épaule et attaque de haut en bas : c’est comme SHOMEN UCHI mais en plus saisir d’abord l’épaule avec l’autre main.
    • KATA DORI YOKOMEN UCHI : Saisie d’une épaule et attaque latérale : c’est comme YOKOMEN UCHI mais en plus saisir d’abord l’épaule avec l’autre main.
    • MUNA DORI MEN UCHI : Saisie du revers et attaque directe de bas en haut : c’est comme MEN UCHI mais en plus saisir d’abord le revers avec l’autre main.
    • MUNA DORI SHOMEN UCHI : Saisie du revers et attaque de haut en bas : c’est comme SHOMEN UCHI mais en plus saisir d’abord le revers avec l’autre main.
    • MUNA DORI YOKOMEN UCHI : Saisie du revers et attaque latérale : c’est comme YOKOMEN UCHI mais en plus saisir d’abord le revers avec l’autre main.
Saisies et Frappes en AIKIDO

Bonne étude à toutes et tous !!!


PRÉPARATION PASSAGE GRADE DAN